13 septembre 2019

Quand je pense à Fernande... (Joe Krapov)

Avez-vous remarqué ? En français on est surtout obsédé par des mots de quatre lettres : SEXE, MORT, FRIC… De beaux exemples nous en sont donnés par Georges Brassens dans son œuvre chansonnier. Passons très vite sur "Mélanie", "Fernande", "La Fessée", "Le Blason", "Le Pornographe", "La Nymphomane" ou "Je suis un voyou". Citons pour le point 2 "Le Testament", "Le Fossoyeur", "La Supplique pour être enterré sur la plage de Sète", "Les Funérailles d’antan", "La ballade des cimetières", etc. A part "L’Assassinat", il y a peu de... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2019

Breakfast in America ?

- Its too dark to put the key in my ignition… - Not in my backyard : i let the sunshine in ! - I think I’ll roll another number for the road… - Not in my backyard : we only smoke gouda !- Happiness is a warm gun, Mama ! - Not in my backyard : i don’t shot the sherif and the only bad thing I do is to hang the portrait of Macron upside down.- Baby you can drive my car ! - Not in my backyard : it’s smaller than my uncle’s hat.- See the sky about to rain… - Not in my backyard : it never rains in... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 août 2019

JUSTE HISTOIRE D’ÊTRE LÀ !

Voyez comme il va l’ancienDu côté de ValenciennesComme il promène son chienD’Outre-Quiévrain à Marchiennes ! Non ! Pour notre pain quotidienIl nous offre une méridienne,Cadeau d’une immense mainQui nous occupera la semaine ! Non ! Est-ce que tu y étais, TitienAu raout d’l’esthéticienne ?Je n' sais pas si tu t' souviens,C’était avant que survienneCe philosophe kantienQui nous sortit son antienneEt nous avoua combienIl était fou de Fabienne. Non plus ! Coiffé d’un bonnet phrygienIl réclamait de l’hygièneJusqu’aux sommets... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 juillet 2019

VIVE LA FAMILLE !

Je m’appelle Albert Camus, comme l’autre, mais je n’ai jamais écrit de roman ou de pièce sur Caligula et je ne suis pas philosophe pour un sou. Je suis inventeur de jeux de société. C’est moi qui ai pris cette photo et je me souviens très bien de cette soirée chez mon oncle Jean-Claude et ma tante Adrienne. Ils habitaient alors avenue Louise à Bruxelles et j’étais de passage par-là pour aller vendre nos derniers jeux sortis au «Brussels game festival» comme on dit en flamand (ou en wallon, je n’ai jamais été doué pour les langues).... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 juin 2019

Conseil d'amie

L’amiral ou l’adjoint au maireSi jamais tu voulais leur plaire… ; Si tu rêves de les emplir, L’un ou l’autre de ces malades,L’un aride et l’autre impala,Du désir d’être ton mari ; Si tu souhaites qu’on t’admire,Si tu désires te faire aimerSi tu veux te pâmer en prime- Pardi, c’est humain après toutEt tout le monde est bien pareil ! -Change d’allure sans délai !   Quitte l’ample robe à damier,Ton plaid à l’allure mariale De paria de la séductionEt cette armada de bijoux,- Palme d’or, violettes de Parme - Sous lesquels,... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 juin 2019

TIAN’ANMEN, LBD ET TOUTES CES SORTES DE CHOSES

La pierre angulaireDe tout militaireC’est la jugulaire. C‘est à elle qu’il incombeDe protéger des bombesSa petite calbombe :Faut pas que son chapeau tombe ! Elle maintient le casqueSur sa cervelle flasqueOù jamais un pourquoiNe reçoit De Parc’que Parce que le « Scrongneugneu »Le « Jeveuxpasl’savoir »Le « Silence ou l’mitard ! »Sont la pierre angulaireDe ce discours vieux jeuDes hommes de pouvoir Qui manient le bâton :« Jugulons ! Jugulons !Jugulons les motions, Les passions, les pulsions, Les... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 juin 2019

Des amours qui ne durent pas

Mon tout beau, mon tout léger, mon volage, mon papillon, Je brûle d’amour pour toi et je t’attendrai cette nuit encore. Dès que je suis allumée je me tiens droite, je t’attends, je suis prête. Je suis dressée par le désir de te séduire et de te plaire et même si parfois, au souffle du vent, mon bout vacille je te le promets : je saurai être ton indécente, ton incandescente, le phare lumineux qui guidera ta descente. Dépêche-toi, mon tout beau, mon tout léger, mon volage, mon papillon, de venir combler ma flamme. J’ai d’avance la... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mai 2019

J’AI PÔ EU L’TEMPS D’L’INTERPRÉTER MOI-MÊME !

Dans la goualante du pauvre Jean, l’eusses-tu cru, il n’est pas question du chat de la mère Michel. On soupçonne d’ailleurs le matou d’être allé chercher fortune ailleurs que chez cette maritorne, autour du Chat noir très précisément. C’est Pierrot, écrivant au clair de la Lune, qui aurait été le dernier à le voir passer sous sa fenêtre. Pendant ce temps le meunier dort, son moulin va trop vite, il va s’envoler. Frère Jacques lui aussi roupille déjà : il rêve qu’il se trouve dans le palais de dame Tartine ou qu’il est étendu auprès... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2019

TEXTICULE RIDICULE

Serge avait baptisé sa verge du beau nom de Flamberge bien qu’elle ne fût qu’une triste asperge. Arthur avait nommé la sienne Excalibur ! Dur ! Dur ! (Pas de bol, elle était molle !) Elvis avait appelé son tout petit pénis « the real king of Memphis ». Pascal, son popol pâle se rêvait Durandal. Balthazar arborait un braquemart prétentieux nommé Dhu al-faqar Le thermomètre à moustaches d’Eustache s’appelait Fragarach. Patrick avait une trique dénommée Hal'Gebrik et la biroute d’Helmut s’appelait Ladéroute. La limace de Wallace... [Lire la suite]
Posté par Joe Krapov à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2019

Gens d’armes et marais-chaussettes

- Il y a un fou de la gâchetteQui tire du haut des échauguettes ! - C’est une bien belle cachette !J’y allais avec dame HuguetteA l’époque de Jeanne HachettePour lui montrer combien longuetteEtait ma jolie barbichetteEt quelquefois même, en goguette,On s’enfournait quelques brochettes. Nous nous mélangions les languettesDe frometon de vieille biquetteSur un fond de fraîche baguette,Sifflions une larmichetteDe cet excellent Get 27Et de jolis airs de guinguetteEcrits par un natif de Sète…Après, en guise de couchette…  - Il y a... [Lire la suite]